– 1h de conseil offerte –

Une onde, 1000 façons de l'entendre

Dans notre quotidien, le son est partout. Il permet de communiquer, d’appréhender son environnement, d’être alerté en cas de danger et provoque parfois des émotions. Bien que le processus pour percevoir un son est le même pour tout être humain, les sons ne sont pas perçus de la même manière.

Au quotidien, l’ouïe participe à la perception de l’environnement sur plusieurs plans :

- La communication par le langage verbal, les mots employés, et le langage paraverbal c’est-à-dire la façon de prononcer, la vitesse, l’intensité sonore, l’intonation ;

- L’avertissement en cas de danger de sons qui ont été mémorisés comme des signaux d’alarme ;

- La prise de repère qui permet de se situer dans l’espace et de garder l’équilibre ;

- Le plaisir par des sons agréables, de la musique, une voix familière ou le craquement d’un aliment en bouche.

En une fraction de seconde, le son parvient à l’oreille et est analysé par le cerveau.

L’oreille capte les ondes sonores, des vibrations de l’air, tandis que le cerveau les analyse. La partie externe de l’oreille forme un entonnoir destiné à la réception et la concentration des ondes sonores afin de les conduire jusqu’au tympan. En vibrant, celui-ci actionne les trois plus petits os de notre corps (le marteau, l’enclume et l’étrier) qui intensifient les ondes et les transmettent à l’oreille interne. 20 000 cellules sensorielles pourvues de cils s’y trouvent et convertissent les vibrations en impulsions électriques. Ces impulsions sont conduites par le nerf auditif jusqu’au cerveau qui décrypte le message pour percevoir le son. En une fraction de seconde, le son parvient à l’oreille et est analysé par le cerveau.

L’ouïe est le premier sens qui se développe avant la naissance. Le fœtus commence par entendre les bruits du système digestif et cardiaque de sa mère aux alentours de 4 mois, puis la voix de ses parents et la musique vers 5 ou 6 mois.

Cocorico, cock-a-doodle-do, kikiriki ou ko-ka-re-ko.

Avez-vous déjà demandé à un étranger de reproduire le chant du coq ? Un anglais vous répondra « cock-a-doodle-do », un espagnol « kikiriki », un russe « ko-ka-re-ko ». Pourtant le chant est bien toujours le même, mais le son est perçu différemment.

L’oreille interne se développe en fonction de la langue maternelle.

À la naissance, l’être humain est capable d’entendre une plage de fréquences s’étalant de 16 à 20 000 hertz (sons graves à aigus). Avec le temps et soumis à un environnement sonore plus ou moins limité, l’oreille peut se refermer par manque de stimulation. Un français parle principalement avec des sons ayant des fréquences entre 1 000 et 2 000 Hz, un anglais de 2000 à 16000 Hz, un espagnol de 125 à 500 Hz et un russe de 125 à 16000 Hz. La plage de fréquences sonores de la langue française est étroite, une seule octave, contre quatre en anglais et 11 en russe. Les français ne sont alors guère avantagés pour devenir polyglottes, à moins d’une sensibilisation aux langues dès le plus jeune âge.

La perception du son évolue au fil de l’âge et les sons aigus sont de moins en moins perçus dû à la dégénérescence des cellules sensorielles. Alors qu’un enfant est capable d’entendre des fréquences jusqu’à 22 000 Hz, une personne de 50 ans aura du mal à entendre un son au-delà 12 000 Hz. Testez par vous-même !

La vue influe sur le son.

anim gif

Entendez-vous un son en regardant ce GIF muet ? Lors d’un sondage en 2017, 67% des 315 000 personnes interrogées ont répondu oui. Chez certains individus une sensation auditive peut être provoquée par la vue. Ce phénomène « d’oreille visuelle » pourrait provenir d’une hyperconnectivité entre les régions cérébrales visuelles. Ces phénomènes chimiques lient les perceptions sensorielles entre elles au niveau du cerveau alors que la scène ne s’accompagne d’aucun son.

La perception du son dépend à la fois de l’appareil auditif et à la fois du traitement de l’information par le cerveau. Chacun étant différent, une onde sonore donnée peut être entendue d’une multitude de manière.

Cet article vous a plu ? Vous pouvez vous abonner pour recevoir les articles par mail.

S'abonner